Opium, le premier essai enfumé d’Arielle Dombasle

Histoire fantasmée de la liaison entre Jean Cocteau et Raymond Radiguet, la vision d’Arielle Dombasle se veut aussi grandiose que son maître, en respectant à la lettre ses chansons. L’effet final, assez lourd et volontairement décousu, est plutôt grandiloquent.

opiumJean Cocteau, est en cure de désintoxication de l’opium. Dans ses délires, il revoit le corps d’un jeune homme. Ce même homme lui arrache sa lecture des mains pour la jeter à la mer un après-midi. Plus tard, il se présente comme étant Raymond Radiguet, avec son manuscrit des Diables au corps. Cocteau décide de l’emmener avec lui à Paris.

Sur un fond noir, le pinceau couleur d’étoile du peintre croque un visage d’homme, avant de signer ‘Jean’, et de dessiner une étoile. Aborder Jean Cocteau, l’artiste anticonformiste par le biais de son œuvre, voilà un bien beau défi. Si la démarche de Cocteau avait pour but d’exploser les codes de la société du XXème siècle, elle peut paraître bien sage pour un spectateur post-bug de l’an 2000. Arielle Dombasle a toutefois choisi la voix de la romance, quitte à aborder le suranné et le kitsch.

opium1Sorti de sa torpeur due à la prise d’opium, Cocteau se remémore le souvenir du jeune Raymond Radiguet, rencontré lors d’une de ses cures de désintoxication sur la plage. Sa vivacité l’intéresse, il lui fait connaître le gratin Parisien guindé, tout en entretenant une relation avec lui, un peu trop libre au goût du poète. Entre les tableaux noir et blanc, sortes de rêveries symboliques, et les scènes de fête foraine ou de soirée mondaine, il n’y a que très peu de différences : les costumes et les effets sont bariolés, recherchés, voire encombrants.

À partir d’une belle histoire d’amitié entre les deux écrivains, Dombasle a transformé la relation des deux hommes en une passion digne de Rimbaud et Verlaine, bien trop exagérée pour être touchante. Et si Philippe Katerine, Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, Julie Depardieu et Ariel Wizman y font de courtes apparitions, ce n’est que pour souligner cette nouvelle définition du tout-Paris dans lequel Arielle Dombasle se rêve en figure centrale, mystérieuse faucheuse qui chante. À l’oreille, les chansons, écrites par Cocteau lui-même, sonnent le glas de cette fausse adaptation en trompe-l’œil.

Image de prévisualisation YouTube

Crédits photos : Margo Films

POTTER WORLD : J. K. Rowling scénariste pour la Warner

Deux ans après la diffusion du dernier épisode des aventures d’Harry Potter sur grand écran (Harry Potter et les reliques de la mort, Partie 2), Warner Bros vient d’annoncer la mise en chantier d’une nouvelle série, écrite par J. K. Rowling, et qui se déroulera dans le même monde enchanteur.

Amis Moldus, que la Bièraubeurre coule à flots !

05.wir.skyrock.netLa Pottermania a encore quelques beaux jours devant elle. Kevin Tsujihara, PDG de Warner Bros, vient peut-être d’illuminer le quotidien de ces aficionados, à peine sortis du marathon Harry Potter au Grand Rex le week-end dernier.

La bonne nouvelle, donc, c’est l’annonce d’un nouveau projet qui aura pour décor le monde de la sorcellerie qu’a connu Harry. Cette série est cependant basée sur des manuels d’école, le premier étant Les Animaux Fantastiques. Pour ceux qui s’en souviennent, il s’agit de petits ouvrages, un rouge et un vert (sur le Quidditch à travers les âges), assez peu épais, mais qui donnaient plus d’informations sur le monde d’Harry Potter et son histoire.

La sortie de tels ouvrages en 2001 avait été en fait le fruit d’une association avec une action caritative au Royaume-Uni. Mais à vrai dire, le véritable intérêt de ces ouvrages se résumait aux tags qui les ornaient. En effet, en véritables élèves peu respectueux du matériel, Harry, Ron et Hermione se sont amusés à écrire des petits mots sur les deux ouvrages, rendant le texte sec et didactique assez amusant.

06.wir.skyrock.netJ. K. Rowling confirme cependant qu’il s’agira bien d’une histoire concentrée non pas sur Harry, mais sur l’auteur fictif, Newt Scamander :

Bien que Les Animaux Fantastiques se déroule au sein de la communauté internationale des sorcières et sorciers dans laquelle j’ai été heureuse pendant dix-sept années, il ne s’agira ni d’un prequel, ni d’une suite à la série Harry Potter, mais une extension de ce monde enchanteur. Les lois et mœurs de cette société magique et secrète ne surprendront pas ceux qui ont lu ou vu Harry Potter, mais l’histoire de Newt commencera à New-York, dix-sept ans avant la naissance de Harry.

L’empire Harry Potter avait été estimé en 2011, avant donc la sortie en DVD du dernier opus et l’ouverture du Potter Tours à proximité de Londres, à près de 21 milliards de dollars. Une version en jeux-vidéo est également en chantier, tandis qu’un projet d’adaptation d’Une place à prendre à la télévision prendrait forme. À croire que J. K. Rowling manie le sort de l’Expelliarmus comme personne.

Crédits photos : The UK Premiere of ‘Harry Potter And The Deathly Hallows: Part 2’ – PacificCoastNews.com ; Visuels éditions Gallimard – HP666.skyrock.com

Source : Warner Bros. Partners With J.K. Rowling on ‘Harry Potter’-Inspired Film Series, The Hollywood Reporter (lien)

Super Trash, ordures bien gores

Plus haute que les montagnes environnantes, la décharge publique de Villeneuve-Loubet cache de moins en moins bien les déchets de la Côte d’Azur. Reportage à chaud d’un documentariste, perdu au milieu des bennes à ordures et des pots-de-vins.

supertrashSous un soleil de plomb, Marc Esposito prépare sa caméra à filmer l’horreur : les poubelles. En tant que Villeneuvois pure souche, il pensait connaître tout de ce monticule pestilentiel qui embaume toute la communauté. Son journal intime chronologico-thématique suit sa plongée dans la déchèterie, qui se révèlera bien plus choquante qu’elle ne paraît.

Au départ, Marc Esposito choisit de s’installer dans un cabanon, esseulé, le même cabanon dans lequel il jouait quand il était enfant. À peine accepté en tant que visiteur de la décharge, il manque de se faire écraser par la chaîne des camions. L’odeur est insupportable, il porte un masque bien peu efficace pour se protéger. Le tournage est minimaliste : en plus de sa petite caméra portative, une GoPro permet de voir en contre-champ le visage du réalisateur, malmené par cette expérience de plus d’un an. L’observation de ces bennes donne des images choc : des denrées encore comestibles côtoient des objets encore neufs, des défécations, des liquides suspects qui ressemblent à des hydrocarbures, des cercueils en fin de bail… Les images s’amoncellent jusqu’à la nausée. Esposito expérimente quelques uns de ces produits, avec plus ou moins de succès. Il arrive même à trouver plusieurs tapis rouges, en pleine période de festival de Cannes.

Sa route croise celle de Raymond, fervent défenseur de la forêt. Son discours est simple. Il pencherait presque vers le chamanisme lorsqu’il se met à écouter le tronc d’un arbre. Sa révolte est pourtant bien vive : pour lui, la décharge de Villeneuve a détruit l’éco-système. Lorsque Esposito réussit à interroger un conducteur de camion, c’est avec le visage caché. Ce dernier n’hésite pas, cependant, à évoquer des pratiques peu orthodoxes. Parmi elles, le fait d’éparpiller des bidons de produits chimiques un peu partout dans la décharge, pour qu’ils ne soient pas concentrés en un seul lieu. Un extrait du discours du maire révèle que la décharge aurait dû être fermée bien plus tôt. Raymond montre au réalisateur l’ancienne décharge : là où les ordures ont été enterrées il y a une trentaine d’années, certains objets ne se sont pas détériorés. La végétation n’a d’ailleurs pas repoussé depuis. Mais le pire arrive avec la pluie : le jus de la décharge qui s’écoule est bien sombre…

super-trash-le-film-surf_the_trash_martin_esposito_01Le réalisateur dans son cabanon prend une posture du vagabond à la Into the Wild, sans prendre la parole en off comme Michael Moore. Les images choquent, ici un jouet encore emballé, là un surf. Le montage est efficace, mais il manquerait peut-être de nuance : la décharge azuréenne est inacceptable, cependant, elle n’est que le symptôme d’une région qui doit gérer une démultiplication de ses habitants en été.

Un an plus tard, le réalisateur trouve encore des tapis rouges dans les ordures. Cette fois-ci, sa recherche Cannoise aboutit : le tapis est changé après chaque montée, soit un équivalent de 3000€, trois fois par jour… Son observation prend fin lors de la fermeture de la décharge. Avec un bandeau du tapis rouge autour du front, Esposito chasse les camions de ce qui n’est plus qu’un no man’s land, avant qu’une autre décharge soit ouverte.

Image de prévisualisation YouTube

Crédits photos : Kanibal Films Distribution

CINÉMA : L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, Jeunet à rallonge

Pour son nouveau pot-pourri, Jean-Pierre Jeunet a exhumé ses albums d’enfance. Si les péripéties de T. S. et sa bouille émeuvent, elles cachent difficilement d’énormes lacunes scénaristiques.

Quatre ans après Micmacs à tire-larigot, ode à la médiocrité occulté par les grimaces de Dany Boon juste après son succès Ch’ti, Jean-Pierre Jeunet a choisi d’adapter un livre pour enfants, mettant en scène un bien curieux personnage : le jeune T. S. Spivet, et ses talents d’analyste scientifique.

Au beau milieu du Montana, le quotidien de T.S. n’est pas comme celui des autres garçons de son âge : sa grande passion, ce sont les analyses scientifiques. Il passe ses journées à étudier tout ce qui entoure le ranch familial. Comme toujours, sa sœur Gracie, en pleine crise ado-artistique, le méprise. Sa mère (Dr. Clair), spécialiste dans l’étude d’insectes l’encourage, tandis que son frère et son père s’occupent des chèvres et autres, en véritables cow-boys. Un jour, T.S. reçoit un appel : l’institut Smithsonian, académie scientifique de Washington D.C., lui annonce qu’il est le lauréat de leur prix grâce à son projet de machine à mouvement perpétuel…

2013-08-27_16-43-37_TS_SPIVET_TeaserPoster_FrenchL’erreur la plus visible de ce conte tient dans cet unique coup de téléphone. En véritable amoureux de l’image, Jeunet prend le temps d’installer ses plans. Pas de monochromie ici comme dans Amélie Poulain, les couleurs sont chaleureuses, comme dorées et figées sur papier glacé. Le caractère hautement scientifique de T.S. nous est présenté par accident, au détour d’une unique scène d’école, lorsque ce-dernier exhibe fièrement un de ses articles publiés dans la revue Discovery.

Les questions affluent : pourquoi décide-t-il de cacher ce prix à sa famille ? Pourquoi choisit-il de se déclarer orphelin ? Pourquoi décide-t-il de fuguer pour traverser les Etats-Unis ? L’amoncellement de ce type de réflexion nous pousse donc à nous éloigner de cette histoire surréaliste, aux belles promesses, mais totalement illogique.

Le style de Jeunet est toujours là : le rythme des séquences, le goût pour les mêmes têtes (Dominique Pinon) et noms (le chien s’appelle Tapioca, comme les Tapioca de Delicatessen, ou sa boîte de production : Tapioca Films), la créativité des plans, l’illustration comique du cheminement de la pensée des personnages… L’outil de la 3D semble pourtant l’avoir freiné : l’image n’est pas distordue ou hachée, comme elle l’a été dans Amélie Poulain. Ces quelques éléments rassureraient presque, d’autant que l’acteur principal est attendrissant.

Mais le choix de l’histoire laisse à désirer : le format de road-trip à la Into the Wild a été associé à un univers d’album des années 1960. Le patriarche de la maisonnée est tout droit sorti d’un western, de par son physique, son salon-museum rempli d’animaux empaillés et son mutisme. De plus, lorsqu’il s’avachit dans son canapé avec son whisky, c’est pour regarder… un western en noir et blanc.

"The Selected Works of T.S.Spivet" Day 42 Photo: Jan Thijs 2012Les bons sentiments affluent, comme l’étude de ce fleuve dont le barrage ne tient pas, la critique est plutôt molle. Jean-Pierre Jeunet a voulu se faire plaisir, donner des images à ses rêves d’enfant, de célébrité peut-être ; il aborde légèrement les revers du succès (l’exposition médiatique, la solitude) avant de choisir le rail de la fin heureuse. Malheureusement, la virtuosité qu’il a déployé pour filmer l’horreur extraterrestre ou la normalité banale devient stéréotypée lorsqu’il veut célébrer une prodigieuse extravagance. Une impasse scénaristique ou un petit exercice de style d’un grand réalisateur ?

Pour échapper au contrôle du train de marchandises qu’il emprunte, T.S. se cache dans un camping-car témoin, et pose à côté des mannequins en papier, attablés devant des steaks en plastique. Ce miroir inversé de La Cité des enfants perdus est lumineux, chaleureux, mais est-ce un confort véritable ou faussé ? Secoué par la situation, T.S. vomit dans l’évier du camping-car une fois seul, avant de se rendre compte que l’eau ne fonctionne pas. Illusion du cont(r)e-plaqué qui évoque Arthur et les Minimoys ou Dorothy et Toto, l’étincelle en moins.

Image de prévisualisation YouTube

L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, de Jean-Pierre Jeunet (2013, France-Canada).
Scénario : Jean-Pierre Jeunet et Guillaume Laurant, d’après le roman éponyme de Reif Larsen.
Avec : Helena Bonham Carter, Judy Davis, Callum Keith Rennie, Kyle Catlett, Niamh Wilson.
Durée : 1h45
Sortie en salles et en 3D le 16 Octobre 2013

Crédit photos : Gaumont Presse