Archives pour l'étiquette baz luhrmann

CANNES 2013 : Une affiche, un président et une projection confirmés

Pour sa 66ème édition, le festival international du cinéma de la Côte d’Azur distille au fur et à mesure des informations sur l’évènement, prévu pour la mi-Mai. À l’occasion de la publication du visuel officiel, résumons ces annonces.

SPIELBERG AUX COMMANDES

Steven SpielbergLe 28 Février 2013, le comité du festival de Cannes a annoncé Steven Spielberg comme président du jury. Une nomination tardive pour certains cinéphiles au vu de son parcours cinématographique. En comparaison avec le très engagé Nanni Moretti qui était le président de l’édition 2012, on s’attendra peut-être à un peu moins de controverse ou de prise de risque pour la cuvée 2013. Cannes sous la présidence de Spielberg ouvrira peut-être à une ou plusieurs master-classes du président, si son emploi du temps le lui permettra. Anecdote sympathique, Spielberg a cette année… 66 ans. Enfin, le choix d’un réalisateur ne constitue pas vraiment de surprise : depuis 1990, seuls 4 acteurs ont accédé à cette fonction, et tous étaient français (Gérard Depardieu en 1992, Jeanne Moreau en 1995, Isabelle Adjani en 1997 et Isabelle Huppert en 2009).

THE GREAT BAZ

The-Great-Gatsby-Opening-CannesLa sortie de l’adaptation de Gatsby le magnifique se fait désirer. Les premières images qui faisaient état du retour fracassant de Baz Luhrmann (Romeo+Juliet, Moulin Rouge!) après l’interminable Australia, en adaptation de Francis Scott Fitzgerald datent de Mai 2012. Pour concurrencer la version de 1974 avec Robert Redford et Mia Farrow, Luhrmann sort les paillettes, une photographie léchée, et un casting de prestige, bien que sans Nicole Kidman (Carrey Mulligan de Drive ou Shame, Leonardo Dicaprio et Tobey Maguire). Prévu au départ pour Noël 2012, la sortie a été décalée pour éviter la confrontation avec le Hobbit de Peter Jackson. Au final, Gatsby s’offre le luxe d’être projeté à Cannes en tant qu’ouverture du festival le mercredi 15 mai 2013, en même temps que son jour de sortie officielle. Les dés sont lancés.

Image de prévisualisation YouTube

NEWMAN SE TAPE L’AFFICHE

Festival de Cannes 2013 - visuel

La communication du festival de Cannes continue sur la lignée de 2012, et propose un visuel à la fois glamour et rétro. Après les visuels flashys, extraits de films ou collages expérimentaux des années 2000, les affiches de Cannes étaient devenues très sombres. En 2008, David Lynch avait fait poser un sosie de Monroe en cachant ses yeux, symptôme d’un marché de la chair sans foi(e). Le summum de la nullité avait été atteint en 2010 : fond bleu, Juliette Binoche avec un pinceau-lumière et c’est tout. Depuis 2011, le travail sur le modèle plutôt que la typographie du texte a donné de belles réalisations (magnifique Faye Dunaway), quitte à occulter le message premier en 2012 avec Marilyn Monroe qui souffle une bougie en égérie. Cette année, l’équilibre entre les deux a été trouvé grâce à une photographie de Paul Newman et de sa compagne Joanne Woodward retravaillée par l’agence Bronx. Le visuel est en plus agréable à regarder, well done !

TO BE CONTINUED

Les informations iront crescendo jusqu’au 15 mai, date de début des festivités. Traditionnellement, l’ensemble du jury et des sélections seront dévoilés à l’occasion d’une conférence de presse à la mi-Avril. Restez connectés !

Crédits photos : DR, Breitbart.com, Warner Bros, Agence Bronx pour le festival de Cannes (Paramount Pictures), tous droits réservés,

Parfums et pellicules : quand les réalisateurs s’en mêlent.

Classe ultime, accessoire indispensable pour un souvenir inoubliable : le parfum. Jusqu’à présent les entreprises luxueuses se bornaient à piquer ici ou là les acteurs et actrices les plus rentables, mais surtout à la beauté la plus acclamée pour incarner leurs essences, histoire de les rendre essentielles.

Cependant nous sommes les témoins d’un nouveau mouvement : l’appel aux réalisateurs dans le vent pour réaliser les-dits courts-métrages. Exercice de style intéressant, qui peut cependant vite tourner au vinaigre. En effet la contrainte ultime de la publicité est son format. Là où un maestro de la caméra s’étale pendant deux heures trente au bas mots sous les acclamations des producteurs pour un plan fixe, les riches actionnaires pleurent devant le prix de diffusion à la seconde des spots publicitaires.
Quoi de plus difficile que de réussir à lier exigences d’entreprise, image d’un produit sans altérer le prestige de la maison ni trahir sa propre personnalité artistique ? Car après tout, ce n’est pas seulement un nom qui est engagé, mais bien un réalisateur. Classement non-exhaustif et surtout subjectif du Projectionist en 6 vidéos.

Continuer la lecture de Parfums et pellicules : quand les réalisateurs s’en mêlent.