Archives pour l'étiquette ginger cat

Ginger Cat Power : la curieuse présence du chat roux dans le cinéma

Quand j’ai découvert avec joie les gifs célébrant la journée mondiale du chat il y a quelques jours, je me suis posé cette question, qui m’échaude depuis un certain temps : pourquoi le chat roux est omniprésent au cinéma ? D’où vient un tel engouement pour le chat roux ? Qu’a-t-il de plus par rapport au noir, blanc, gris, etc… Y a-t-il une symbolique du chat qui m’a échappé depuis mes années de cinématographie ? Un tour du côté d’Internet m’amène à une conclusion : le chat roux est présent, certes, mais sans explication concrète. Effet de mode ou choix réfléchi ? Où se cache la mafia des chats roux ?

Un chat commun

Faisons les comptes et tentons une hypothèse : le chat roux serait-il plus intelligent que les autres ? (Réaction immédiate de ma mère : « Donc tu es en train de dire que notre chat noir et blanc est idiot ?! » accompagné d’un regard accusateur…)

Au cinéma, il y a bon nombre de chats roux qui tiennent le rôle principal. Du côté de l’animation, O’Malley dans Les Aristochats (Wolfgang Reitherman, 1970) est le sauveur et le guide de Duchesse et ses enfants. En images réelles, le chat roux reçoit un traitement particulier. Ce qui frappe le plus, dans la liste énoncée par Eric Vernay pour Slate, c’est qu’il y a un rapport évident et particulier entre l’être humain et le chat roux. Dans Diamants sur canapé (Blake Edwards, 1961), le chat est le catalyseur d’un happy-ending sous la pluie. Le chat roux est un chat qu’on cherche, qu’on veut garder près de soi et auquel on parle, comme le Jones de Ripley dans Alien (Ridley Scott, 1979). Le chat roux est poursuivi par un chanteur folk dans Inside Llewyn Davis (Ethan & Joel Coen, 2013). Le chat roux est donc un personnage important.

Cas d’école retentissant : l’affaire Hunger Games, rapporté par Première. Dans le premier volet de l’adaptation cinématographique (réalisé par Gary Ross en 2012), le petit Buttercup qui appartient à la sœur de Katniss, est noir et blanc. Dans le deuxième (Embrasement, Francis Lawrence, 2013), il est devenu… roux. La raison : respecter la description du livre de Suzanne Collins (qui indiquait ‘couleur courge pourrie’ (ceci dit une courge très pourrie peut être noire)). Étrangement, ce chat ne présente aucun intérêt lors du premier film. Cependant, dans le troisième volet (La Révolte, partie 1, Francis Lawrence, 2014), il est sauvé in extremis par Katniss (et sous la pluie, encore une fois). Comme si sa robe avait donné de l’importance à son personnage. Coïncidence ?

L’article d’Eric Vernay arrive à la conclusion que le chat roux est plus présent à l’écran car cette race est très répandue aux Etats-Unis, ce qui permet aux dresseurs d’utiliser plusieurs chats pour les prises de vue, et parce qu’il est plus photogénique. Cette réponse n’est pas satisfaisante pour les détectives à moustaches que nous sommes. Pourquoi un chat serait-il plus photogénique en roux ? Je peux comprendre qu’un angora qui laisse traîner des touffes de poils sur le plateau de tournage n’enchante pas les scriptes. Mais que le chat roux soit aussi commun au point d’envahir bon nombre d’écrans, ça me paraît un peu gros, un peu fort de chat-fé.

Lassé de cette question sans réponse, je me suis tourné vers un art qui a donné ses lettres de noblesse au chat roux : la bande-dessinée. Outre-Atlantique, la grande mascotte des chats roux est bien évidemment Garfield (de Jim Davis). Paresseux, accroc aux lasagnes, mesquin. Il est l’incarnation même du chat/homme, comme si le comportement félin était expliqué par un caractère profondément misanthrope. Il y a également eu Heathcliff, le chat roux de George Gately qui a connu le succès en animation. En France, il s’appelait Isidore et il menait la bande des Entrechats dans les années 1990. Heathcliff/Isidore est débrouillard, malin, encore une fois. Cette vision du chat roux supérieur à l’homme dans le cinéma ne vient-elle pas de ces anti-héros de la bd ?

Au fil de mes recherches, je tombe finalement sur cet article de Michael Tedder pour Esquire. À la traditionnelle liste des meilleurs chats au cinéma, il ajoute un paragraphe sur la signification et la symbolique du chat. Je me rends donc compte d’une évidence : le chat roux donne en fait un indice sur le profil sociologique du personnage et sur la symbolique au film. Évidemment, c’était simple comme (chat-)chou.

Un chat-gavroche

Reprenons donc notre étude. Si le chat roux est très présent dans les films, c’est parce qu’il est l’incarnation du cadre de vie modeste. Sa présence est un rappel d’un désir de vie moyenne et calme. Ripley dans Alien aurait peut-être préféré rester sur Terre avec Jones. Le chat roux, témoin du couple de Gone Girl (David Fincher, 2014), n’est ici que pour rappeler leur fantasme de vie rangée et parfaite.

Par extension, le chat roux est débrouillard et a un petit côté gavroche. Le cas ultime : le dessin-animé Oliver et Compagnie (George Scribner, 1988), qui suit les aventures d’un petit chat roux abandonné dans les rues de New-York, récupéré par une bande de chiens errants. Et je ne le cite pas seulement parce qu’il fait partie des films que je regardais en boucle il y a 10 ans.

Le profil sociologique du chat roux se dessine peu à peu. Le chat roux est populaire, roublard lorsqu’il est en solo, signe d’amour simple dans un couple ou une famille. On peut maintenant y opposer facilement d’autres espèces. Le chat blanc et touffu est le signe de l’aristocratie (sans aucun doute, Duchesse dans Les Aristochats). Par extension, ce signe de supériorité est parfois traduit par de la flemme (Snowbell dans Stuart Little de Rob Minkoff en 1999). Les siamois/angoras, quant à eux sont plutôt utilisés pour leur côté féminin très à la mode dans les années 1990. L’évidence est Sassy, petite chatte qui fait partie de L’Incroyable Voyage (Duwayne Dunham, 1993). Il y a bien sûr les siamois de La Belle et le Clochard (Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske, 1955), mais également, du côté de la comédie grotesque, le chat très propre de Mon Beau-Père et moi (Jay Roach, 2000), déjà cité par la très riche vidéo de Blow-Up.

Enfin, on peut associer le chat noir et blanc avec l’enfance, l’innocence. C’est le Figaro ingénu de Pinocchio (Hamilton Luske & Ben Sharpsteen, 1940) quand il a peur du poisson. C’est Kadzookey, le chat fluffy d’Ashley (Elizabeth Moss), signe d’une relation qui reste dans un rapport enfantin avec l’insupportable Philip (incarné par le génial Jason Schwartzman) dans Listen Up Philip d’Alex Ross Perry (2014).

Concernant le chat noir, inutile de préciser qu’une autre enquête serait nécessaire pour démêler tous ses champs d’interprétation.

Le chat roux n’est donc pas plus intelligent, il n’est qu’une extension sauvage et poilue des sentiments du personnage. Dommage pour moi, je ne pourrai pas crâner devant devant ma mère et lui prouver que le chat familial est bête.

Le meilleur exemple, comme l’a dit Blow-Up, reste encore Breakfast at Tiffany’s. Ce chat sans nom, sans objectif est l’alter ego de Holly Golightly. Et ce n’est pas pour rien qu’on décrit souvent Audrey Hepburn comme un chat (voire un chat noir dans Sabrina, mais c’est une autre histoire). À noter cependant que la fin du film est inventée de toutes pièces. En effet, dans la nouvelle de Truman Capote, Holly ne retrouve pas son chat, qu’elle a chassé dans un accès de colère dans les rues de Chinatown. D’ailleurs, dans la version originale, le chat n’est pas décrit comme un ‘orange tabby’, l’appellation commune de ce type de chat, mais plutôt comme ‘red and fluffy’. Un chat rouge et touffu. Une vision encore plus poétique de la femme-chat, qui donnerait presque envie d’aller traîner dans un cinéma à chats.

Image de prévisualisation YouTube

Source : Tumblr, Garfield Wiki, Wiffle Gif